© 2019 by C&CO

LE PRINCE VICTOR NAPOLÉON

(1862-1926)

par Laetitia de Witt

Thèse d'histoire contemporaine qui a valu à Laetitia de Witt les félicitations du jury et la mention "très honorable".

Directeur de recherche : Monsieur Jean Tulard

Université Paris IV - Sorbonne

 

Il faut tout d'abord situer le prince Victor. Il est le petit-fils du roi Jérôme, le dernier frère de Napoléon Ier, et de Catherine de Württemberg. C'est pour servir la politique de l'Empereur que Jérôme avait épousé en secondes noces Catherine de Württemberg. Ensemble ils eurent trois enfants : le prince Jérôme Bonaparte, mort d'une maladie grave en 1847, la princesse Mathilde et le prince Napoléon-Joseph qui, après la mort de son frère, reprit le nom de Jérôme. Pour se moquer de lui, on le surnommait Plon-Plon. Sous le Second Empire, en 1859, cette fois-ci pour servir la politique italienne de Napoléon III, le prince Jérôme épousa la princesse Marie-Clotilde de Savoie, fille de Victor-Emmanuel de Savoie et d'Adélaïde de Habsbourg. De cette union naquirent trois enfants : Victor en 1862, Louis en 1864 et Laetitia en 1866. Le prince Victor est donc le petit-fils de deux rois : Jérôme, roi de Westphalie et Victor-Emmanuel II, roi d'Italie à partir de 1861.

 

Ses origines prestigieuses vont amener le prince Victor à jouer un rôle politique de tout premier ordre. Par le jeu des successions, le prince Victor devint le chef de la Maison impériale puisqu'il n'existait plus d'autre héritier mâle issu de Napoléon Ier ou de ses frères. En effet, le roi Joseph n'avait que des filles, Lucien avait été déshérité par Napoléon Ier et la branche de Louis s'éteignait en 1879 avec la mort du Prince Impérial. De ce fait, la branche de Jérôme Bonaparte se trouvait être la seule dynaste.

 

À la mort du Prince Impérial, le chef de la Maison impériale aurait dû être le prince Jérôme. Or, à cause des idées politiques réactionnaires de celui-ci, le Prince Impérial avait notifié ceci dans le codicille de son testament : "Les devoirs de notre Maison envers notre pays ne s'éteignent pas avec ma vie; moi mort, la tâche de continuer l'oeuvre de Napoléon Ier et de Napoléon III incombe au fils aîné du Prince Napoléon". Le Prince Impérial préférait donc Victor comme successeur. Cette volonté du Prince Impérial eut d'importantes répercussions. Tout d'abord, elle déclenchait une rupture irrémédiable entre le prince Jérôme et son fils Victor. Ensuite, elle faisait qu'à dix-huit ans à peine et indépendamment de sa volonté, le prince Victor devenait le représentant de la cause impériale. Il allait le rester jusqu'à sa mort en 1926. Pourtant, bien qu'il ait été le chef de la Maison impériale pendant une quarantaine d'années, le prince Victor a été totalement oublié par l'histoire. .